Les objets de la Grande Guerre : les 3èmes rencontrent Marc-Henri Barrabé et Jean-Jacques Thomas

Lundi 13 novembre, les élèves de 3e ont rencontré au CDI du collège Georges Brassens, durant deux heures pour chaque classe, Marc-Henri Barrabé et Jean-Jacques Thomas. Ces deux auteurs normands d’ouvrages sur la guerre de 1914-1918 sont aussi des collectionneurs passionnés d’objets et de documents de cette époque. L’an dernier, ils étaient déjà venus au collège faire découvrir leur collection aux élèves.

JPEG - 463.3 ko
Marc-Henri Barrabé explique les conditions de fabrication et d’usage des dizaines d’objets présentées aux élèves de 3eB

Dans le cadre de l’appel à projet culture du Conseil Départemental « L’Homme et la Nature dans la Baie », les élèves étudient les conditions de vie des soldats durant la Première guerre mondiale en cours de français et d’histoire. Les productions originales attendues sont diverses : lettres de soldats, carnets de mémoire, bandes dessinées..., précisent les enseignants de la classe. Cette rencontre a été possible avec le concours de l’ONAC-VG de Normandie (Office national des anciens combattants et des victimes de guerre) et des éditions OREP qui publient les ouvrages de MM. Barrabé et Thomas.

JPEG - 493.9 ko
Marc-Henri Barrabé et Jean-Jacques Thomas présentent leur collection aux élèves de 3eA

Marc-Henri Barrabé et Jean-Jacques Thomas ont fait partager leur grand intérêt pour l’artisanat des tranchées en présentant aux élèves un nombre impressionnant d’objets détournés par les soldats de leur usage initial (munitions, boucles de ceinture…) pour devenir soit des objets utiles au quotidien, soit de véritables œuvres d’art. Issues des propres familles des intervenants ou acquises par eux au cours des dernières décennies, les pièces de l’exposition ont suscité nombre d’interrogations et admiration chez les élèves.

A l’occasion des commémorations du Centenaire de la Grande guerre, les collégiens ont pu découvrir de manière très concrète une période importante de notre histoire. A travers ces objets de l’artisanat des tranchées, c’est aussi une mémoire collective qui est conservée.